BIENVENUE !

Courir c'est prendre le temps de réfléchir.

lundi 28 octobre 2013

10km de La Roche Vineuse : Le Compte-Rendu

Dur-dur
15 jours après les 10km de Dole puis une semaine après les 3000 mètres du Meeting de Lons-Le-Saunier, je m'étais programmé une autre 10 kilomètres dans le Maconnais. Plus précisément au milieu des vignes, à La Roche Vineuse.
Une course organisée par le Val Lamartinien Passion.

Samedi 26 Octobre. 12h30. J'arrive à La Roche Vineuse. Le soleil est omniprésent. Plus de 25°C !.
Le départ commun avec le Semi est programmé à 14h30. Je file vite m'inscrire et puis je monte sur mon VTT, histoire de reconnaître le début du parcours tout en m'échauffant en douceur. 

Ce que je pressentais ce confirme dès les premiers hectomètres. Une fois la traversée du Bourg effectuée, le parcours s'égare dans les hauteurs. Outch !. 1,5km d'ascension avec 2-3 féroces coup de cul. D'entrée, le palpitant va être secouer. Et juste après cette ascension, ce sont les cuisses qui vont être malmenées avec une descente de 800 mètres.

Bref, avec un tel début de parcours typé course de montagne, il est certain que je ne descendrais pas sous les 37 minutes.
Ce que je ne sais pas, puisque je poserais on VTT après avoir fait mouliné les jambes durant 30 minutes, c'est que la suite du tracé, même si elle est moins montagneuse, n'est qu'une succession de côtes et de descentes...

Après cette séquence vélo, j’enchaîne avec un échauffement en course à pied. Il fait chaud, il y a de bonnes rafales de vent. Combiné au parcours tortueux, je sens que je ne vais pas courir la fleur au pied...

Le lieu de départ de la course est idéal puisqu'il regroupe les douches, le lieu d'inscription, d'arrivée et de remise des prix. L'ambiance et les coureurs sont là et les 2 épreuves vont faire le plein.

14h25. Les coureurs s'amassent sous l'arche de départ. Le départ est prévu pour 14h30...
Il aura finalement lieu à 14h45 !.

C'est parti ! J'étais en seconde ligne et me voilà déjà "largué". Je trouve le démarrage de certains de mes collègues bien insolent au regard de ce qui nous attend.




Après avoir traversé le bourg sur 300 mètres, nous tournons à gauche, direction les alpages...
Et là, d'entrée, ça ventile sec de toute part. Perso, j'ai vraiment du mal à me mettre en route. La "machine" semble tourner au ralenti. Mes pulsations n'arrivent pas à prendre leur envol. Ce n'est qu'au bout de 1500 mètres que le coeur va enfin s'emballer. C'est à dire presque à la fin de l'ascension.
2km de course, nous sommes au point le plus haut de la course.


Au sommet des "alpages"


Je suis à cet instant là au delà de la vingtième place.
Devant, Dimitri Bourgeois mène la course en compagnie de 2-3 coureurs.


Le groupe de tête proche du sommet





La descente de 800 mètres s'offre à nous. Et comme d'habitude, je dévale le toboggan très très rapidement et dépasse déjà à cet instant là quelques coureurs. Je descend mieux que je grimpe !. Comme d'habitude.

Il fait vraiment chaud. Et les petites rafales de vent nous tiennent compagnie.

Je me dis, une fois la descente achevée, que nous allons enfin retrouver un terrain moins tourmenté...


Relief, FC et Vitesse 


Pensez donc !. Si nous en avons effectivement terminé avec les "alpages", nous allons enchaîner avec une succession de raidillons montant et descendant.

Il est impossible de maintenir un rythme régulier. La foulée doit continuellement s'adapter aux caprices du circuit. Et même quand je suis sur une partie descendante, je n'arrive pas à dérouler et augmenter de manière conséquente la vitesse. Que c'est dur !

                         


C'est compliqué et les sensations très médiocres. Mes jambes sont sous-tension. La fatigue musculaire est bien présente. Je ne suis de toute façon jamais en forme lors des courses qui se déroulent le samedi car la semaine de job me reste toujours dans les jambes.

J'arrive cependant à "avaler" quelques coureurs.

L'arrivée s'annonce. J'augmente légèrement la cadence mais je n'ai même pas la force de "piquer" un petit sprint à quelques mètres de la ligne blanche.


                         


39'28 (3'56.8/km-15,2km/h)
6ème au général et 2ème V1.

C'est pas trop mal.

Dimitri Bourgeois remporte les 10km  en 35'40 alors qu'il a réalisé 32'12 aux 10km de Romans il y a moins de 15 jours...

C'est dire l'extrême difficulté de ce 10 bornes.

Temps par kilomètres


Le classement

Le site web de la course avec les résultats et les photos

Un résumé de la course

Ma course en chiffres

En conclusion, et vous l'aurez compris, si vous voulez battre votre record sur un 10 bornes, vous pouvez oublier cet objectif à La Roche Vineuse !.

Par contre, si vous voulez passer un excellent moment, apprécier le parcours, bénéficier d'une excellente organisation et voir la vidéo de la course durant la remise des prix, je ne saurais trop vous conseiller l'édition 2014 !.

Sans oublier la bouteille de "Macon Village" offerte à l'arrivée !

Prochaine course : le cross d'Autun le dimanche 24 Novembre !. Un vrai bonheur !




Aucun commentaire:

Publier un commentaire