BIENVENUE !

Courir c'est prendre le temps de réfléchir.

mardi 16 août 2016

TRANSE GAULE : étape 8 Monts-sur-Guesnes -> Angles-sur-l'Anglin = 62.352km, Dénivelé 479m

Voir l'étape sur Openrunner
étape 8 Monts-sur-Guesnes -> Angles-sur-l'Anglin
Voir l'étape sur Calculitinéraire
étape 8 Monts-sur-Guesnes -> Angles-sur-l'Anglin




Angles-sur-l'Anglin est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Occupant un site stratégique sur les bords de la rivière l'Anglin, occupé depuis l'époque préhistorique — ce dont témoigne le Roc-aux-Sorciers, sommet de l'art pariétal —, aux confins des provinces duPoitou, de la Touraine et du Berry, cette petite cité a conservé son caractère médiéval, avec ses rues tortueuses, ses maisons séculaires et son château fort à demi ruiné, juché sur un piton rocheux. Elle est un des Plus beaux villages de France.

Centre d'artisanat d'art, Angles-sur-l'Anglin est célèbre pour ses ateliers de textiles à armure toile ajourés : « Les jours d'Angles », nés au xixe siècle. Très populaires auprès de la « haute société » de la Belle Époque, ils connaissent un regain d'intérêt.

La nuit... :
Rien à dire. Il fait chaud tout le temps maintenant. Nuit y compris.
Le réveil (moralement-musculairement-fatigue-etc):
Ce matin l'angoisse est là. Le releveur gauche me chatouille... Pas bon Gaston. Le pied est gonflé ainsi que le périoste.
Si la douleur ne s'impose pas à moi, je vais devoir de toute façon baisser l'allure.
Sinon, pas de sensations d'épuisement suite à mon escapade victorieuse d'hier.

La météo du jour :
Beaucoup trop chaud ! 34°. 63km. Un parcours totalement dégagé.
Dicton du jour :
"Releveur + chaleur tu peux avoir peur..."
Anecdote du jour :
Aujourd'hui pas grand chose. Si ce n'est un grand ras le bol dans les derniers kilomètres. Pressé dans finir. La fournaise tape sur les nerfs.
Des nouvelles de mes compagnons :
Un abandon : Said Kahla
Le Classement de l'étape :
Le Classement général :

L'étape :
Je démarre avec le releveur douloureux. La douleur n'est pas énorme mais elle est présente. L'important est qu'elle ne m'empêche pas de courir. Je commence sur une base de 10,5km/h. Plutôt modeste comme vitesse puisque le tout début du parcours est en descente.
Jean Louis Vidal a décidé de faire l'étape à fond. Il attaque d'entrée. David Le Broch et Patrick Poivet répondent et filent avec lui.
Je laisse filer. "Prudence" me disent mes releveurs.
400 mètres d'avance, puis 500 mètres en très peu de temps, je finis par ne plus voir mes 3 camarades.
Très vite, dès le lever du soleil, la chaleur commence à s'appuyer sur tout notre corps. Il va falloir bien boire.
Ma douleur au releveur s'amoindrit assez rapidement. Je double David Le Broch qui a couper le moteur et se met dérouler tranquillement. Au loin je vois Patrick Poivet mais plus Jean-Louis Vidal qui a très vite fait le trou.
Je conserve le même rythme.
Au fil des kilomètres je rattrape Patrick et nous faisons la traversée de Châtellerault ensemble, ce qui permet d'être plus tranquille au niveau de l'orientation.
Ensuite, à un ravitaillement un peu plus prolongé de Patrick, je vais terminer l'étape en solo à la seconde place. La première revient à Jean-Louis Vidal qui aura couru à un rythme d'enfer.
Mais que la fin du parcours fut laborieuse sous les coups du soleil. A peu près tout le monde l'a trouvé très difficile. 34° et 63km sur un parcours totalement dépourvu d'ombre ne peut qu'épuiser.
Demain c'est 69km pour 850 mètres de dénivelé positif. Quasi pas de descente. Après cette étape nous aurons couvert 588km sur 1190km...
A demain !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire