BIENVENUE !

Courir c'est prendre le temps de réfléchir.

vendredi 12 août 2016

TRANSE GAULE : étape 4 Guer -> Châteaubriant = 66.564km, Dénivelé 459m

Voir l'étape sur Openrunner
étape 4 Guer -> Châteaubriant = 66.564km, Dénivelé 459m
Voir l'étape sur Calculitinéraire
étape 4 Guer -> Châteaubriant





Châteaubriant est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Sous-préfecture, elle est le chef-lieu de l'arrondissement de Châteaubriant, et le siège de la communauté de communes du Castelbriantais.

Elle fait partie de la Bretagne historique et du pays de la Mée.

Entourée d'un paysage à dominante rurale, elle s'est développée autour de son château qui fut le théâtre de combats liés à l'affrontement entre la Bretagne et la France. Son économie s'est longtemps articulée autour de l'agriculture et du commerce de bétail, son rôle commercial étant symbolisé par la quasi-millénaire foire de Béré. L'industrie métallurgique s'est développée au xixe siècle, suivie à la fin du siècle suivant par la plasturgie.

La commune tient son nom de Brient, le seigneur qui a fondé le château au xie siècle. Une telle origine est assez courante en France, et d'autres villes apparues à la même époque portent aussi le nom de leur premier seigneur, comme Château-Gontier,Châteauroux (« le château de Raoul »), ou encore Laval, qui s'est primitivement appelée Laval-Guyon (« la vallée de Guy »). Au Moyen Âge, les textes sont surtout écrits en latin, et Brient est traduit Brientii ou Brieni, et le nom Castrum Brieni ou Castrum Brientii apparaît dès 1050. L'écriture avec le t l'emporte alors. En 1266, la première mention en français laisse apparaître le nom du baron Geffrey de Cheteau Brient. La graphie Chasteau Brient est la plus utilisée à l'époque. Au xve siècle le « e » de Brient se mue en « a », la terminaison en « t » ou « d » dépend des auteurs. Au xviie siècle le « s » cède progressivement la place à l'accent circonflexe, transformation achevée au siècle suivant, alors que le « d » de fin l'emporte. La tendance s'inverse auxixe siècle, le « t » s'impose en fin de mot et remplace le « d » ; au cours du même siècle, l'accent circonflexe a tendance à disparaître.

En latin moderne, le nom de la ville est traduit en Castrobriandum, mais les appellations médiévales Briandi Castrum ou Brientii Castrum restent acceptées15. La traduction bretonne est Kastell-Briant et la ville possède aussi un nom en gallo, la langue d'oïllocale : Châtiaoberiant en écriture ABCD, Chastèu-Beriant en ELG, tous deux prononcés [ ʃɑ.tjaw.bɘ.ʀjã])

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Montagne-sur-Chère.

Ses habitants sont appelés les Castelbriantais.

La nuit... :
Après avoir fait un bon gueuleton dans la salle polyvalente et un apéro offert par la commune de Guer, nous sommes vite allé rejoindre notre couchage. Et la nuit a encore été bonne. C'est plutôt "bon".
Le réveil (moralement-musculairement-fatigue-etc):
"Good vibration" au réveil. Encore une fois les cuisses sont raides et les premiers pas légèrement douloureux. Et puis au bout d'une dizaine de pas, tout revient à la normale. En tout cas pas de douleurs inquiétantes ou définitives.
Rien que cet état de fait me gonfle le moral. Je récupère pour l'instant très bien. 
La météo du jour :
On est averti : la chaleur va monter crescendo au fils des jours et les 30 voir plus seront pour nos poires.
Aujourd'hui, la température a été raisonnable pour ceux qui ont finit relativement tôt.
Pour les autres, la chaleur a certainement alourdie leurs foulées. Bravo à eux.
Dicton du jour :
Un peu court mais suffisant : "comme tu le sens"...
Anecdote du jour :
Pour la 2nde fois, Vincent est heureux de vous annoncer le second "gourage" de parcours. Mais ce matin il n'a été que de 100 mètres avant d'être remis dans le droit chemin par les organisateurs.
Hum hum...
Des nouvelles de mes compagnons :
Un abandon il me semble ce matin...
Le Classement de l'étape :
Le Classement général :
On va faire court car à l'heure ou j'écris ces lignes il y a un apéro d'organiser ;-)
Départ 6h30 et 7h pour les 10 premiers...
Sans aucune idée de ce que j'allais faire aujourd'hui je démarre "tranquillos" histoire de voir comment j'ai réellement récupéré d'hier.
Les premiers hectomètres confirment que je suis OK.
David (Le Broch) ne prend pas comme à son habitude la direction de la "procession". Je me retrouve rapidement devant sans forcer l'allure.
Ensuite les kilomètres défilent et le jour prend définitivement toute sa place. Ces moments là sont uniques.
Et puis nous retournons sur nos petits chemins relativement épargnés par la circulation. Ceux de la France "profonde" et apaisée. Tout semble au ralenti. Comme les coureurs de la Transe Gaule. Nous avançons lentement mais surement et nous grignotons cette infinie bande de réglisse qu'est le bitume.
Me concernant, je suis moins virevoltant qu'hier. Mais les sensations sont assez correctes.
J'ai remonté tous les coureurs qui étaient partis à 6h30 et à chaque fois c'est un réel plaisir de se donner le bonjour matinal et des encouragements. Et parfois surpris par les "excentricités" de certains coureurs. Comme par exemple ce Taiwanais qui courent en sandale plastique jaune.
La Transe Gaule est une course à part.
Les kilomètres auront défilés sans que le premier du classement général, David Le Broch ne me rattrape. Il a été à un moment donné à 300-400 mètres de moi mais je finirais la course avec 9 minutes d'avance.
Mais là n'est pas le plus important.
Cette 1ère place aujourd'hui je la dédie à ma grand-mère...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire