BIENVENUE !

Courir c'est prendre le temps de réfléchir.

jeudi 21 mai 2009

Retour sur les 10km de Falletans

Voilà, je dispose enfin d'un peu de temps pour jacter avec mes petits doigts et pour revenir sur les 10km de Falletans .

Survol géographique :
Falletans est un joli village Jurassien de 380 habitants en lisière de la Forêt de Chaux qui est la deuxième plus vaste forêt de France (20 493 hectares).




Survol Googlelien du parcours :








Le parcours :

Il est composé de 2 tours d'un même circuit (sauf départ et arrivée). Il comporte une seule difficulté mais qui n'est pas anodine : une côte de 450 mètres (5,5% de moyenne pour 25 mètres de dénivellé situé entre le point et 2 sur parcours Google çi-dessus) (mesuré au capteur de foulée puis au GPS !!! ;-) ) à grimper donc 2 fois. Le reste est plat. Le circuit est entièrement goudronné. S'il fait beau et chaud, le parcours ne présente presque pas de coin ombragé et si le vent souffle le lieu est exposé. En ce qui concerne le mesurage, l'organisation affirme qu'il mesure effectivement 10km. Mon Polar GPS à mesuré 9,932km.

Le résultat complet :

Je ne prend pas en compte le résultat officiel de l'organisation elle-même et qui est visible sur le site web de la course car il est fantaisiste !. Il me crédite d'un 36'14 que j'aurais volontiers accepté mais ça aurait agaçé K'Koud !. ;-).


L'exact résultat est celui qui est paru sur le quotidien Le Progrès du 18/05/09. :

1. Guignot Damien, 34''09 2. Choulet Stéphane, 34''24 3. Guillot Michka, 34''40 4. Bellenoue Samuel, 34''52 5. Paillot Emmanuel, 36 6. Hamza Mounir, 36''05 7. Vacheret Bruno, 36''19 8. Bailly Salins Vincent, 36''40 9. Perrette Frédéric, 36''52 10. Racine Franck, 37''04 11. Croibier Muscat Olivier, 37''10 12. Pereira Yohan, 37''27 13. Bertrand Dominique, 39''37 14. Bourgeois Francois, 39''46 15. Menegon Pascal, 40''16 16. Rastelli Bruno, 40''20 17. Boujon Bruno, 41''23 18. Lasserteux Gérard, 41''43 19. Michon Nicolas, 41''48 20. Goux Michel, 42''16 21. Zolnowski William, 42''24 22. Requet Claude, 42''51 23. Naegellen Arthur, 43''14 24. Girard Sébastien, 43''23 25. Moindrot Catherine, 43''59 26. Meunier Philippe, 44''20 27. Vuillemenot Dominique, 44''43 28. Bernard Stéphane, 0'44''48 29. Gauthier Aline, 0'45''05 (80 participants)


A droite : Stéphane Choulet (2°)

Au centre : Damien Guignot (1°)

A gauche : Michka Guillot (3°)
(Photo du quotidien Le Progrès) (zavez vu leur placement nous donne la couleur du drapeau français...trop fort !)


Echo de mon égotisme : MA course et MON résultat :

Au départ de la course, j'ai comme objectif de faire 36'15 (ça n'est pas un code ;-))...voir mieux si affinité avec le parcours (voir billet précédent). J'ai levé le pied la dernière semaine et ma dernière séance intensive date de J-5 (2x6x300). Les sensations lors de mes dernieres séances light sont "sans plus" mais je n'y accorde pas trop d'importance. Pas de bonnes ni mauvaises impressions lors de l'échauffement. Un peu stressé car c'est un 10 bornes et à vrai dire je n'aime pas trop le type d'effort sur cette distance car la ventilation est proche de l'asphyxie. Mais bon...Il faut passer par là pour atteindre l'objectit du Mont Poupet. Il fait grand beau temps et la température commence à monter. Un vent relativement soutenu nous "retient" sur une moitié du parcours. Il a son importance sur le chrono tout comme la côte de 450 mètres.


Le départ et les premiers kilomètres :


Mon départ est trop rapide puisque je réalise mon premier kilo en 3'32. Aussi, je suis dans dans le peloton de tête sur les 3 premiers kilomètres. Le vainqueur du jour, Damien Guignot s'est échappé dès le départ et 3 kilomètres après le départ il a déja bien 300-400 mètres d'avance. Le gars a déjà réalisé moins de 32 minute sur 10 kil. et l'abonnement à son croupion pour tous les autres coureurs est déjà mathématiquement assuré. Dès la 2° minute de course je suis à déjà 95% de ma fréquence cardiaque maxi. Le vent est de face sur les 4 km aller et si de sa main gauche il nous protège de la chaleur, de sa droite il nous assome par ses rafales.


Au bout du 3° kilomètres je décroche irrémédiablement. Je n'ai pourtant pas l'impression de faiblir et ceci est confirmé par ma courbe de vitesse établi sur mon Polar Pro Trainer. En fait, ce sont les 4 premiers du peloton qui à ce moment là, accélèrent. Je comprend maintenant pourquoi ils discutaient et rigolaient sur les premiers hectomètres alors que j'était déjà en hyperventilation !. Mes sensations sont bof bof !. En clair j'ai toujours les mêmes problèmes de respiration et cette sensation d'étouffement avec le sentiment d'avoir la cage thoracique sous les gravats des Twin Towers ;-). Sans doute mes 12 années cumulées passées à fumer du licite. Ma foulée est convenable. Au 4° kilomètre, je suis au pied de cette fameuse côte de 450 mètres et comme à mon habitude dans mes courses jadis ;-) , je décide de la grimper sans essayer d'accélérer. Mon allure chute et mon nombril en prend un coup. Je me fais dépasser très rapidement par 2 ou 3 coureurs qui étaient pourtant bien 25 mètres derrière moi. Je me rassure en regardant mon cardio et en constant que ma fréquence cardiaque est toujours la même que sur le plat. Je ne suis donc pas en train d'exploser !!!. Au sommet de cette côte de la scierie (la bien nommée !), ceux qui m'avaient doublés au pied de la bosse, m'ont collés dans les guiboles pas loin de 80 mètres !. Oups !!!. Je ne m'affole pas et dans la descente qui suit je me relache en me disant que ceux qui ont eu l'impolitesse de me passé devant ;-) se sont mis en surrégime et reverront très prochainement mes talons (comme c'est vicelard un coureur à pied ;-) ).


J'entame le deuxième tour et je retrouve à la fois l'upercut du vent et la désintégration ;-) de mes ex doubleurs. Je leur jette un coup d'oeil et un bouquet de chrysanthèmes ;-) .


Comme par le passé, c'est à partir de la mi-course que mes sensations ventilatoires s'améliorent et que ma foulée semble devenir "naturelle". Bien sur, "je suis dans le dur" et je maudis ce sport de fadas qui nous fait plus stupides que des lévriers (eux, au moins, se défoulent en essayant d'attraper un leurre). Mais comme tous les coureurs, je m'inocule ma dose de souffrance et de douleur. Bref, je n'ai pas l'impression que mon allure ralentit et j'attend avec une certaine impatience la deuxième ascension de cette fameuse côte qui signifiera la fin de la course. J'ai un coureur esseulé en ligne de mire et petit à petit je me rapproche de lui, sans accélérer mon rythme. Il est à 50-60 mètres de moi. Mais pif paf pouf...revoilà la côte !!!. Et je ne tente même pas d'accélérer mon rythme : je ne peux pas !. C'est aussi simple que cela. De toute façon j'ai toujours eu d'énormes difficulté à jouer le changement de rythme en course !. Beaucoup y arrivent (même si parfois ils le paient ensuite), moi c'est quasiment impossible...ou alors sur un mètre ;-) . Je suis un véritable diesel. Je ne reviendrais pas sur le coureur de devant et à vrai dire, je n'arrive même pas à sprinter sur les derniers 200 mètres. Là aussi, c'est comme d'hab. . Une véritable bille en ce qui concerne les accélérations finales. Je franchis la ligne. Verdict : 36'40 !

Conclusion, bilan et constat :

Le 10km de Falletans est une course très bien organisée qui, en plus, comporte des courses pour enfants et un 5km. Le parcours en lui-même n'est pas spécialement "joli" mais les alentours sont à visiter (Rochefort sur Nenon par exemple).

A l'issu de la course je me suis offert 30' de récup. en VTT sur le même parcours de 10km.

Je souhaitais réalisé moins de 36'15.

36'40 au chrono pour un parcours exposé au vent et comportant une côte, cela vaut entre un 36' et un 36'20. Le temps que l'on perd dans les bosses ou contre le vent, malheureusement, ne se rattrape pas dans les descentes ou avec le vent dans le dos !.

Je dois donc approcher des 36'15. Si je m'autorise cette extrapolation, c'est que je me réfère à un 10km réalisé par nombre de coureurs du 10km de Falletans qui avaient réalisé le 10km de Choisey effectué pile un mois auparavant.

Ainsi,

  1. Damien Guignot avait réalisé 33'28 et a réalisé un moins bon chrono à Falletans : 34'09 (+29")
  2. Emmanuel Paillot----------->34'57---------------------------------------->36'06 (+1'09)
  3. Mounir Hamza-------------->35'24--------------------------------------->36'05(+41")
  4. Bruno Vacheret------------->35'55----------------------------------->36'19(+24")
  5. Frédéric Perrette----------->36'22----------------------------------->36'52(+30")
  6. Franck Racine-------------->36'44----------------------------------->37'04 (+20")

Classement quotidien Le Progrès
> 10 km de Choisey (extraits) 19/04/09
1. Damien Guignot (N.L Dijon) 0h33mn28s ; 2. Jany Leseur (Dole AC) 33''38 ; 3. Pierre Barraud (ASPTT Besançon) 33''45 ; 4. Philippe Conry (Club Olympique) 33''51 ; 5. Thomas Ramos (DUC) 34''09 ; 6. Tahar Benhalima (Dole AC) 34''30 ; 7. Emmanuel Paillot (DAC) 34''57 ; 8. Abdessamad (N.L Dole) 35''04 ; 9. Stéphane Choulet (SP Neige) 35''10 ; 10. Yohan Perreira (Lons Athlétique) 35''12 ; 11. Mounir Hamza (CAC 39) 35''24 ; 12. Régis Bouschseche (ACR Dijon) 35''25 ; 13. Mathieu Humbert (N.L Valdahon) 35''39 ; 14. Bruno Vacheret (DAC) 35''55 ; Jean-Yves Javourez (ASPTT Lons) 36''00 ; 16. Florant Mousseron (TCA) 36''03 ; 17. Patrice Sery (N.L Auxonne) 36''08 ; 18. Frédéric Perrette (DAC) 36''22 ; 19. Roger Masson (DAC) 36''32 ; 20. Dominique Grandperrin (DAC) 36''35 ; 21. Thierry Burnel (N.L Dole) 36''40 ; 22. Claude Goguely (Aquavelopode) 36''42 ; 23. Franck Racine (N.L Salins) 36''44 ; 24. Thibaut Verie (N.L Lyon) 36''59 ; 25. Christophe Voulquin (DUC) 37''08 ; 26. Benoit Goffette (AC Talant) 37''14 ; 27. Jérôme vernier (Besançon Tri) 37''29 ; 28. Christophe Journet (N.L Vriange) 37''53 ; 29. Nicolas Boivin (N.L Foucherans) 38''09 ; 30. Marceau Fouchet (Rathelot Garde) 38''12; 31. Olivier Desgouilles (Triath Lons) 38''19 ; 32. Sylvain Remond (ASVBDJogging) 38''22 ; 33. Mathias Devinant (N.L Plottes) 38''29 .

36'15 sur 10km c'est 1mn de plus que mon meilleur chrono réalisé sur 10 bornes. J'ai encore 6" par kilomètre à gagner. Après 3 années de course à pied en dilettante ,après un an sans compétition, 1 an et demi de clope, 6 mois d'entrainement de plus en plus spécifique, j'entrevois la possibilité de renouveler (d'améliorer ?) mon meilleur chrono en Mars 2010 sur un 10km ultra-plat.

D'içi là, j'ai dans moins de 15 jours mon principal objectif de ce début de saison : La Montée du Poupet. C'est la plus grande course du Jura (1000 participants). C'est une course de Montagne de 17,5km. Cela Fait 2 mois que je m'entraine pour cet objectif. Mon unique participation à cette course date de 2006 : j'avais terminé 20° en 1h10'59.

Pour cette 2° participation, en fonction de la météo (froid ou chaleur), si condition idéale comme en 2006, j'espère d'abord me faire plaisir et ensuite, l'air de rien ;-), réaliser entre 1h14 et 1h16. Pas moins car cette course est terrible à cause de l'ascension finale qui est un véritable raidillon et qui ne pardonne pas si on est parti trop vite !. Et surtout parce que je n'ai pas le niveau de 2006 !.

A noter en point positif : aucune douleur ni tension musculaire suite à ce 10 bornes.

  • Fréquence cardiaque moyenne 167 (95% Fc max)
  • 10km en 36'40 --> 16,36km/h - 3'40 le km

Aucun commentaire:

Publier un commentaire